Témoignages : Saut sur Cao Bang le 09 octobre 1947

Témoignages du Chef de Bataillon LEGUERE

alors Sergent-Chef à la 1ère Compagnie

Texte extrait du livre : Le Para de Georges Fleury


Témoignages du Chef de Bataillon LEGUERE

alors Sergent-Chef à la 1ère Compagnie

Récit de l’accident du JU 52

Récit de l’Adjudant COMMERÇON de la 2èmeCompagnie

Texte extrait du livre : »Le Para » de Georges Fleury


Témoignages de René LEROY de la 2ème Compagnie

Extrait du livre : 1er RCP – Témoignages pour l’histoire

« Lorsque MORDANT et moi-même nous sautons du troisième avion qui suivait le Junker abattu, les chasseurs bombardiers parviennent sur l’objectif, amorcent un piqué, lâchent leurs bombes et mitraillent. Parvenu au sol, je retrouve MORDANT, puis ORANGE et SAMSO.

Après nous être orientés, nous empruntons une direction qui est la bonne. Nous nous joignons à ROCOLLE, COMMERÇON, ANCEL et CHEVALIER, rescapés de l’avion abattu. Le Lieutenant ROCOLLE ne peut poursuivre la progression, il endure le martyre, la peau de son visage pend sur le col de sa chemise, celle de ses bras ballotte au bout de ses mains. N’en pouvant plus, il s’adosse au talus.

D’un geste du bras et du regard, il désigne la côte 263 et nous dit : « c’est l’objectif principal de la Compagnie, vous devez absolument vous en emparer, laissez-moi ici et partez. » CHEVALIER reste avec lui afin d’assurer sa protection. Sage décision car apercevant un Viet après notre départ, CHEVALIER lui fait signe d’approcher. Se trouvant en haut d’un talus, celui-ci dévale en courant et, parvenu auprès de CHEVALIER, sort un poignard de sa manche de veste et lui en porte un coup en pleine poitrine. Fort heureusement, l’arme bute sur une côte. L’avantage reste à CHEVALIER qui le gratifie d’un demi-chargeur de 11,43mm. C’est donc à 6 que nous allons vers la colline.

Soudain des rafales de PM crépitent. Simultanément COMMERÇON, ANCEL, MORDANT ETORANGE donnent l’assaut s’emparant de la mitrailleuse qui, installée en défense contre les avions (DCA) dans un emplacement, a abattu l’appareil. Les servants sont exterminés. « 


Témoignages du Lieutenant BLANC de la 3ème Compagnie

Extrait d’une lettre à sa femme ( Source William BLANC, petit fils du Lieutenant)

 » La mission c’est bien passée du moins pour ma compagnie. Notre vague a eu un avion descendu par une mitrailleuse juste au-dessus de l’objectif avec les paras dedans comme bien entendu !! Quelques uns ont pu sauter mais ont été assez grièvement brûlés ,les autres n’ont pas eu cette chance.

Par suite de l’accident les pilotes ,un peu affolés nous ont assez mal largués. La section de tête et notre avion, nous nous sommes pourtant trouvés réunis prés de l’objectif (1er pont). Alors a 20 on a foncés comme de jets, tuant les gaziers dans leur trou sans seulement qu’ils eussent le temps de réagir. On a traversé la ville toujours seuls et toujours en tuant.

Arrivée au deuxième pont (2ieme objectif) on est tombés sur des bandes de 20 à 30 VM qui foutaient les armes en l’air et essayaient de se sauver a la la nage. Quel courage… On s’est fait assaisonnés par deux mitrailleuses. On leur en a piqué une et l’autre profitant du terrain accidenté, a juste eu le temps de mettre les bouts.

Je te garantis que ça a été très vite. Je n’ai pas eu un seul blessé mais ça c’est de la chance.

Le capitaine invisible jusque là s’est avancé la bouche en cœur. Il sera cité et aura surement les félicitations de Bollaert*. Quant à moi je ne peux pas me plaindre, quand même, puisque je suis proposé pour une citation à l’ordre de l’armée. J’espère quelle n’aura pas le même sort que celle de l’évasion celle là (a la division).

Tout ça se faisait à Cao Bang en plein sur les réguliers d’Ho Chi Minh.

On ne peut pas dire que ce ne soit pas une opération parachutée celle là !!! (…) « 

* Émile BOLLAERT a été haut-commissaire de France en Indochine en 1947 et 1948

One Reply to “Témoignages : Saut sur Cao Bang le 09 octobre 1947”

  1. Récits très prenants, donnant la mesure du combat personnel et collectif que ces parachutistes ont du mener, pour chacun d’entre eux l’intensité des évènements reflète le l’ambiance de cet époque.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s