Opération « LEA » : Journée du 9 Octobre 1947

Source: JMO de la DBMP

Carte générale de l’opération : cliquez ici

CAO BANG

Investissement de la ville (pour mémoire)

CHO DON

A midi, le détachement THOMAS venant de Bac Kan arrive à Ban Pih et fait sa liaison avec les éléments des 9ème et 12ème compagnies sous les ordres du Cdt FOSSEY. Ce détachement vient de disperser un groupe de rebelles et a fait 2 tués VM.

L’affaire de Cho Don s’est bien terminée. L’adversaire a été complétement surpris par la rapidité de notre action. Témoin, un Chasseur de la 9èmr Compagnie qui arrivant en parachute sur le dos d’un VM, l’étourdit sous le choc et abat à la mitraillette un autre VM qui s ‘enfuyait à toutes jambes. Les cadavres ennemis sont restés sur le terrain. Un lot de munitions d’artillerie a été récupéré. Les documents saisis indiquent qu’un PC de bataillon était installé à cet endroit. Les pertes amies sont nulles

Cho Moï

Exécution de la mission « liaison Nord » concernant l’ouverture de la route Cho Moï – Bac Kan.

Moyens :

  • Un groupement de marche composé d’éléments du PC détachement et de la 11ème Compagnie en entier. L’ensemble aux ordres du Capitaine GUIARD.

Durée prévue : 36 heures

  • 06h15 :la section COURRIER part éclairer la route au gros de la colonne
  • 06h30 : Départ du gros du groupement de marche

Déroulement

La section COURRIER reçoit des coups de feu dès le passage du ponceau situé à 1,5 km de Cho Moï. Elle riposte et s’engage sur la route rectiligne et en remblai qui conduit à Ban Thin, de part et d’autre, la rizière. Le Song Cau à 200m à droite, la montagne très boisée à 150m à gauche. La section fait 500 mètres et une embuscade se dévoile. Des snipers cachés dans les arbres dirigent un feu terriblement précis sur les éléments de tête. De face, des armes automatiques camouflées dans les rochers prennent la route d’enfilade, les défilements sont nuls. Les 3 FM de la section arrosent les lisières sans résultat. Il y a chez nous en quelques instants 6 blessés. Un agent de transmissions est mortellement atteint.

Les deux pièces de mortier de 60mm sont touchées par des balles, le feu continue toujours ajusté du côté VM. La section du sous-Lieutenant BERTRAND amorce quand même un débordement par la droite. Elle est clouée au sol au bout de 150m par des armes automatiques tirant de Ban Tinh. Le Sous-Lieutenant BERTRAND commandant sa section debout sous le feu est tué de 4 balles dans le corps. Le sergent CAZAMAREC est également tué ; 8 hommes sont blessés.

A 09h15, le Catalina survole la colonne.

A 09h30, la situation devient grave, les éléments de tête décimés sont cloués au sol. Le capitaine GUIARD donne l’ordre de repli et, pour le protéger, fait venir de Cho Moï une pièce de 81 mm. La section BILLAERT qui a amorcé sur la gauche un débordement a aussitôt un tué et est également clouée au sol. Des obus de 81 fumigènes protègent efficacement l’évacuation des morts et des blessés est assurée par le père JEGO et un groupe de la 10ème Compagnie.

Cependant, ce repli coûte encore 2 tués dont le Sergent Pierre DESMONS, et 4 blessés. A l’extrême pointe, le Sent SCOLA a groupé ce qui reste des sections COURRIER et BERTRAND et continue le combat. Le caporal MALRIC blessé légèrement au début de l’action, debout à 80 mètres des lisières arrose sérieusement l’ennemi, son FM à la hanche.

Pendant ce temps, la 10ème Compagnie aménage rapidement un terrain de Morane pour l’évacuation des blessés.

Le Capitaine GUIARD rend compte au Lieutenant-Colonel SAUVAGNAC de la situation et annonce le retour de la colonne à Cho Moï. Mais les transmissions sont défectueuses et le message ne pourra être passé que vers 14h00. Dans la soirée, le Colonel annonce l’arrivée d’une compagnie du bataillon de Choc (Compagnie PAINTAULT) qui restera à Cho Moï.

Bilan des combats de Cho Moï, la 11e compagnie du III/1er RCP dénombra 10 tués:
BERTRAND Ferdinand sous-lieutenant
COURRIER Gabriel adjudant-chef
CAZAHAREC Edmond sergent
DESMONS Pierre sergent
DESMOULINS 1ère classe
BONNEAU Joseph parachutiste
CHAREILLE Jean parachutiste
PATAT Louis parachutiste
PIOCH Marius parachutiste
TOFOLO René parachutiste

et 15 blessés dont:
MARCOUX Pierre parachutiste décédé en cours d’évacuation


Témoignage du Colonel Desmons,

alors Lieutenant à la 11ème Compagnie

des parachutistes de la 10ème Compagnie dont Raymond LOCCI (Photo R. LOCCI)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s