JMO 1ère Cie du 1er RCP – mercredi 19 Février 1947

  • 07h00 : Rassemblement
  • Les camions amènent au port les sac A. La Cie se rend au port à pied
  • 08h00 : Embarquement
  • 12h30 : Départ à destination de Haïphong

Administratif

  • 2 Caporaux-Chefs sont cassés de leur grade. Ils sont mutés, l’un à la 4ème Cie, l’autre à la 3ème Cie à compter du 16/02/1947
  • Motif : « Chef et sous-chef d’un poste de garde au matériel du Régiment, ils sont rendus responsables des vols qui ont été commis »

Situation au Tonkin en février 1947

  • 24 mars 1945 : 15 jours après le coup de force des japonais qui ont pris les commandes de l’Indochine, le général de Gaulle déclare son intention de restaurer l’autorité de la France en Indochine. Il projette d’établir une fédération de colonies et de protectorats qui comprendrait les trois provinces du Viêt-Nam (Tonkin, Annam et Cochinchine) ainsi que le Cambodge et le Laos.
  • Septembre 1945 : après la capitulation du Japon, Hô Chi Minh, chef du parti communiste vietnamien, le Vietminh, proclame unilatéralement la République démocratique du Viêt-Nam.
  • Septembre 1945 : un corps expéditionnaire débarque à Saigon sous le commandement du général Leclerc. Celui-ci serait partisan de négocier avec le Vietminh mais pour son supérieur hiérarchique d’Argenlieu, il n’en est pas question.
  • 6 mars 1946 : De Gaulle a quitté le pouvoir. Le nouveau gouvernement est favorable à l’indépendance de l’Indochine. Ho Chi Minh, de son côté craint la mainmise de la Chine (qui n’est pas encore communiste) sur le pays. Ainsi, le négociateur Jean Sainteny et Hô Chi Minh signent ses accords de « Modus Vivendi » qui reconnaissent un État libre du Viêt-Nam au sein de l’Union française. Une conférence se réunit à Fontainebleau, en présence d’Hô Chi Minh lui-même, et un référendum est prévu pour l’union des trois provinces indochinoises.
  • 19 novembre 1946 : une fusillade se produit dans le port de Haïphong entre une jonque chinoise et la douane française. À bord de la jonque, des nationalistes vietnamiens transportent de l’essence de contrebande. La fusillade dégénère et fait 24 morts. L’incident est aussitôt exploité par les partisans d’une reconquête de l’ancienne colonie, au premier rang desquels figure l’amiral Thierry d’Argenlieu. Avec le soutien du ministre des Affaires étrangères Georges Bidault, l’amiral veut au moins conserver Saïgon et la Cochinchine à la France et il s’oppose ouvertement à Leclerc et Sainteny. En contradiction avec les accords du 6 mars, il décide de rompre l’unité des trois provinces du Viêt-Nam en créant une Cochinchine indépendante affidée à la France.
  • 23 novembre 1946 : à l’instigation de l’amiral d’Argenlieu, trois avisos du colonel Debès bombardent le port de Haïphong. Brutale, l’attaque aurait fait 6 000 morts ! C’est la rupture entre Ho Chi Minh et la France.
  • 19 décembre 1946 : l’insurrection de Hanoï marque le début de la guerre : le gouvernement de la République démocratique du Viêt Nam déclenche des hostilités dans tout le nord du Viêt Nam, et entre dans la clandestinité.
  • Février 1947 : L’armée du Vietminh avec de nombreux bataillon continue sa pression sur la ville d’Hanoï. Les garnisons de Hai Duong et Nam Dinh tenues par un bataillon du 6e Régiment d’Infanterie coloniale (6ème RIC) sont assiégées depuis le 19 décembre par l’armée du vietminh.

Sources : Wikipédia, Hérodote.net, defense.gouv.fr

Vidéo : INA

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s