8 octobre 1947, raid aéroporté sur Cho Don

Source : JMO de la DBMP

Détachement « C » aux ordres du Chef de Bataillon FOSSEY-FRANCOIS

( CB3, 9ème et 12ème compagnies du 3ème Bataillon du 1er RCP)

L’opération sur Cho Don est prévue pour le 8 octobre. Par suite de la transmission de faux messages par le radio du Catalina, qui annonce à Hanoï que la garnison de Bac Kan, attaquée par les Viets se trouve dans une situation désespérée, le général commandant les TFIN décide de dérouter le détachement « C » et de l’envoyer en renfort à Bac Kan.

10h00 : Le contre-ordre arrive au détachement « C » alors qu’il est déjà prêt à embarqué : le détachement « C » sautera sur Bac Kan.

10h40 : Les avions décollent.

11h40 : Les avions survolent Bac Kan : le secteur semble calme, absence de fumée, aucun signe ne dénote un combat acharné au sol

11h45 : Largage avec un vent assez fort. Les parachutistes tombent sur les toits des maisons, dans les arbres. Malgré ces contacts brutaux, les bosses et les écorchures ne sont pas nombreuses.

A l’arrivée au sol, chacun porte la main au Colt, au fusil, à la mitraillette et inspecte avec prudence les abords immédiats. Mais que se passe-t-il ? Pour être exact, il ne se passe rien…. Mystère…

Quelques instants plus tard, le mystère est éclairci. En fait un faux message lancé par une radio Viet a fait croire que Bac Kan se trouvait dans une situation critique. Le Haut-Commandement s’en est ému et a envoyé le détachement « C » en renfort.

Toute la CB du détachement, soit 70 hommes a sauté. Le Lieutenant-Colonel Sauvagnac donne des ordres pour que le largage soit immédiatement interrompu. Une croix est placée sur la zone de saut. Les avions continuent à tourner et le commandant du groupe de transport parachute l’Adjudant EVERRARD porteur d’un code indiquant la destination a donner aux avions car la liaison radio n’est pas encore réalisée. L’entente peut se faire, quelques minutes plus tard, les avions restant partent pour Cho Don, objectif initial.

13h00 : Le détachement FOSSEY est largué. La résistance des rebelles est très courte et tous les objectifs sont rapidement atteints.

La section chargée de s’établir en bouchon dans la vallée à 2,5 km à l’Est de Cho Don, lâchée à 6 km de sa zone de saut à mis plus de 2 heures pour récupérer son matériel et n’a pu de ce fait remplir convenablement la mission qui lui avait été confiée.

Le Chef de Bataillon FOSSEY, largué par erreur à Bac Kan, rejoint Hanoï en Morane. Il est parachuté à Cho Don dans l’après-midi.

Le détachement THOMAS (largué par erreur à Bac Kan) rejoint Cho Don par la route protégé par la Compagnie GINESTOUT. Départ de Bac Kan à 17h15. A20h30, le détachement arrive à un pont détruit situé à 50m d’un village incendié par le VM. La colonne met plus d’une heure pour franchir la coupure. Repos sur place de 23h00 à 05h00. Quelques rafales d’armes automatiques ennemies).


Ordre de Bataille du détachement  » C »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s