JMO 1ère Cie du 1er RCP – Du 29 Août au 07 septembre 1947

Commentaire du rédacteur du site : Après l’affaire de Ké Sat le lieutenant Blanc qui doit être le rédacteur du JMO, est particulièrement occupé comme le décrit la lettre à sa femme du 2 septembre 1947. Le JMO n’a pas du être renseigné durant plusieurs jours, ce qui est explique la synthèse qui en est faite surement le 8 septembre, juste avant le départ de la compagnie du Lieutenant Blanc.

Di Su :

  • Il n’y reste plus que le groupe de Commandement

Mau Luong

  • Patrouilles : RAS.

Ké Sat

  • Travaux et patrouilles : RAS.

Administration

  • Les sous-officiers ayant présenté le Brevet de Chef de section ( BCS) ont tous été reçus : Adjudant Barail, les Sergent-Chef Leguéré et Levabre, l’aspirant Gourlaouen (major du stage).
  • Le Lieutenant Laupies est nommé chef du 4ème bureau de la DBMP.
  • Le Lieutenant Blanc est muté à la 3ème compagnie du 1er Bataillon du 1er RCP
  • Le lieutenant Faury, nouvellement arrivé en Indochine est affecté à la 1ère Compagnie à compter du 28 août 1947.Il remplace le Lieutenant Blanc comme officier-adjoint.

Témoignage

Complément d’ Ernest Morin ( grand ancien de cette 1° Cie) à propos de l’affaire de Ké Sat

« Très intéressants les commentaires sur le combat de KE SAT le 28 août 947.

Je regrette cependant que le lieutenant Blanc n’ait pas davantage mis en valeur le travail réalisé par le groupe de mortiers de 81 mm du capitaine Bréchignac. Ce sont eux, entre autres,  par leur tir précis et meurtrier, qui ont réduit au silence la mitrailleuse de 12,7 et les deux FM du vietminh qui bloquaient notre progression dans la rue principale du village.

À l’encontre du lieutenant Blanc, j’ai beaucoup aimé ce combat de rue où, de maison en maison, de toit en toit, dans un farouche corps à corps, c’est le plus audacieux, le plus déterminé qui l’emporte.

Par ailleurs, au moins chez les paras, nous ne disions jamais j’ai fais ceci,  j’ai fait cela. C’était toujours un travail d’équipe, et nous étions conscients de n’être rien sans le travail des copains.

C’est pour cela que j’ai sursauté en lisant que la petite ville de KE SAT avait était ralliée par le lieutenant Blanc.

C’est une section, une compagnie, un ensemble de chasseurs qui par leur action ont pacifié et rallié à nous la population catholique de ce village. Ce ralliement n’a jamais été l’œuvre d’une seule et même personne.

De tout temps, de Hoa Binh à Dien-Bien-Phu il a été de tradition, au 1er R.C.P. de ne jamais commenter son action personnelle, de ne jamais se mettre en avant . Les gradés et les copains voyaient bien ce que nous faisions

S’en vanter était très mal vu ..

Je n’ai jamais dit ni écrit qu’en supplément de mon travail de voltigeur de pointe lors des corps à corps,  j’ai immédiatement porté secours et pansé sous le feu des F.M. du Viet Minh, les blessures du chasseur Jacopin et du lieutenant Baudin. Cela s’est vu et su .

Je terminerai en disant qu’il est vrai que le lieutenant Blanc, par sa fougue et sa bravoure s’est particulièrement fait remarquer dans le combat de KE SAT. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s