JMO 1ère Cie du 1er RCP – 1948

Période du 1er au 4 mars 1948

Repos, Baignades, Sport

Vendredi 5 mars 1948

3 Dakotas et 2 Junkers se posent à Tourane pour l’opération de demain.

Samedi 6 mars 1948

L’opération est remise par suite de mauvais temps et après deux reconnaissances météo par les Spitfire et une reconnaissance du Dakota leader avec un stick.

Dimanche 7 mars 1948

07h30 : La compagnie se présente au terrain de Tourane, sensiblement diminuée par les coups de palu provoqués par les 7 heures d’attente de la veille.

13h00 : La Compagnie saut à 13h00 à Dat Do, à 38 km au Nord-Ouest de Hué sur un camp Viet très important : douze attaques en un an sur Dat Do ont échoué, avec de lourdes pertes. Le largage tardif est dû à la brume.

Six Spitfire bombardent puis mitraillent l’objectif depuis H-12. Les Viets n’en accueillent pas moins la formation de transport par un tir nourri de mitrailleuses qu’ils reportent ensuite sur les parachutistes pendant leur descente. Une vingtaine de chasseurs tombent sur des plantations de bambous anti-parachutistes.

Le Lieutenant RAFFIN, la cheville fracturée passe le commandement au Sergent-Chef Leguéré. La Chasseur RISTAT et le Chasseur ANASTASY sont blessés par les bambous, le premier au genou, le second à la main. SIEGENTHALER qui, tombant à quelques mètres d’une mitrailleuse viet a oublié de lâcher sa glissade et s’en tire avec une bonne entorse.

Dès l’atterrissage, les Viets, malgré leur encadrement de légionnaires déserteurs, se débandent, poursuivis dans les buissons par nos chasseurs.

Les objectifs des 1er et 3ème Pelotons sont conquis rapidement. Quarante réguliers sont tués, 2 fusils sont récupérés. Le 3ème Peloton, tombé sur une zone de saut en plein centre du dispositif ennemi s’empare de Sao Dao après un vif engagement, tue 60 réguliers et prend 9 fusils, 2 Pistolets mitrailleurs Thompson et 2 révolvers, inscrivant un joli succès à son actif.

Tandis que le 2ème Peloton reste sur la zone de saut, le commandant de Compagnie avec le 1erPeloton et le Peloton de Commandement prend liaison avec la colonne C (coloniaux) à 16h30 à 3 Km plus à l’est, après avoir essuyé les tirs d’une mitrailleuse postée dans la montagne. Juste au moment de la jonction, un obus piégé saute à côté du Chasseur Morin, heureusement sans faire de mal.

La compagnie rentre sur Sao Dao, toujours accompagnée par les tirs de la mitrailleuse Viet. Le Chasseur BAILLEUX est blessé d’une balle à l’épaule, sans gravité et il est évacué immédiatement.

18h00 : Regroupement de la Compagnie en CK2, ramassage des parachutes. Deux journées de vivres sont parachutées.

Lundi 8 mars 1948

Patrouilles en EC et CK. Retour à pied jusqu’à 5 km Est de Sao Dao où s’installe un nouveau poste, puis jusqu’à Hué en camion.

Excellentes nouvelles de BAILLEUX qui a dévoré à son réveil après l’opération trois beefsteaks et une omelette de 6 œufs.

Mardi 9 mars 1948

Repos à Hué

Mercredi 10 mars 1948

Le Colonel LAROQUE inspecte la Compagnie à 12h45.

Préparation de l’opération du lendemain.

3 Junkers et 4 Dakota atterrissent à Hué pour notre transport. C’est le premier atterrissage de Dakota sur ce terrain.

Jeudi 11 mars 1948

La localisation de Bot Lo est approximative, car ce village n’existe plus

08h50 : La Compagnie saute à Bot Lo, par un temps magnifique. Trois passages sont nécessaires quoique les sticks ne soient pas étoffés. Quelques chasseurs tombent dans la rivière. Le Sergent SANCHEZ, son leg bag qu’il n’a pas pu décrocher au pied s’enfonce dans l’eau jusqu’aux narines. Le poste radio prend un bon bain, mais nul ne s’en ressent. Le Sergent-Chef LAMY et le Caporal-Chef DESJOURS ont une entorse. Par contre, les deux guides que nous avons emmenés ont sauté, pieds nus et sans se faire mal.

Le Sergent SANCHEZ ( Photo BOCAGE)

A signaler une innovation du Capitaine BASTOUIL qui, venu comme conseiller technique des TFCA (Troupes Françaises du Centre-Annam, n’a pu se résoudre à rester dans l’appareil. Le Capitaine largue son sac de montagne avec son ventral à 50 mètres du sol, et atterrit dégrafé, sa carabine à la main. Son sac est à 10 mètres de lui.

Quelques prisonniers sont faits sur la zone de saut et révèlent que, prévenus à minuit d’une opération terrestre, les Viets ont quitté la région. Intermède comique : un Chasseur prenant un guide pour un viet, le rosse copieusement.

Le 1er Peloton fonce à toute vitesse sur L son objectif

Le 2ème Peloton fouille derrière lui, prend 5 fusils et détruit un dépôt de munitions.

10h30 : La compagnie (moins le 3ème Peloton occupé à ramasser les parachutes) est regroupée en L , complétement épuisée par la chaleur.

15h00 : Une compagnie du 2ème RTM (Régiment de Tirailleurs Marocains) nous rejoint à bout de souffle. Le Lieutenant d’AUDEVILLE patrouille pendant deux heures avec deux groupes autour de L et brûle les villages Viets.

17h30 : Parachutage de vivres. Le 3ème Peloton relevé par une compagnie de tirailleurs arrive à la nuit.

Vendredi 12 mars 1948

05h00 : Départ pour K. Le 2ème Peloton est renvoyé sur la ZS en escorte du S/C Lamy qui ne peut plus marcher. Les tirailleurs progressent derrière la Compagnie. Six heures de marche pénible dans la forêt. Le 1er Peloton qui marche en tête surprend deux agents de liaison Viets. Ils sont ceinturés sans bruit et leur armement (une Sten et un révolver) est récupéré.

11h00 : La Compagnie débouche en K, camp viet aménagé dans une clairière. Trois VM s’enfuient en abandonnant un fusil. Un gros dépôt de médicament est récupéré et un atelier de réparation d’armes rustiques est détruit.

14h00 : La Compagnie prend le chemin du retour et atteint la zone de saut à la tombée de la nuit.

Samedi 13 mars 1948

Retour d’opération sur Quang Tri puis Hué

Dimanche 14 mars 1948

La Compagnie est ramenée par avion à Tourane

Lundi 15 mars 1948

Prise d’armes d’adieu. Le Colonel LARROQUE remet 48 croix de guerre des TOE à la Compagnie.

Aucune description de photo disponible.
Citation du Sergent Moyer à l’issue de ce séjour en Annam

Mardi 16 mars 1948

La Compagnie rentre à Hanoï en avion. Elle est accueillie par le Colonel SAUVAGNAC et les officiers de la base arrière du Bataillon.

Le Lieutenant d’AUDEVILLE est resté avec 12 hommes à Tourane en détachement postcurseur. Le Lieutenant RAFFIN est demeuré à l’Hôpital de Hué.

Mercredi 17 mars 1948

RAS

Jeudi 18 mars et vendredi 19 mars 1948

Monsieur BOLLAERT, Haut-Commissaire de France en Indochine étant en inspection dans le Nord Tonkin, la compagnie est consignée et en alerte. Si le Morane de M. BOLLAERT fait un atterrissage forcé, la Compagnie sautera.

Samedi 20 mars 1948

La consigne relevée, est presque aussitôt rétablie : un Spitfire a disparu.

Dimanche 21 mars 1948

La Compagnie est toujours en alerte pour le Spitfire disparu. En fin de journée, la Compagnie est déconsignée. Le Spitfire n’a pas été retrouvé.

Période du 22 au 26 mars 1948

La Compagnie sert de troupe de manœuvre pour l’examen du Peloton des élèves-caporaux et des élèves sous-officiers.

Période du 27 au 30 mars 1948

RAS

Mercredi 31 mars 1948

Prise d’armes pour les adieux des libérables, puis pour Monsieur BOLLAERT.

Arrivée du Lieutenant d’AUDEVILLE et du détachement postcurseur.

La Compagnie part demain pour Cao Bang, rejoindre le Bataillon. Les bureaux restent à Hanoï, ainsi que 18 malades.

Vers la page « février 1948 » : cliquez ici

Vers la page « avril 1948 » : cliquez ici